issikta
issikta
issikta

vendredi 8 août 2014

Mère Tamasheq


"lI n'est pas un Touareg qui ne pense à exalter sa mère. Elle est l'âme et le cœur du désert. Elle fait les travaux les plus durs lorsque les hommes partent en caravane. Elle s'occupe des animaux, pile le mil, s'impose les corvées d'eau, abreuve les bêtes, assume l'éducation des enfants. Elle est gaie et heureuse. Le soir, elle chante, elle danse, récite des poèmes et tire de l'imzad, ce violon à une corde, des mélodies qui, lors des veillées nocturnes, apaisent ou exaltent les femmes et les hommes." Mano Dayak

vendredi 25 juillet 2014

Sombre solitude


Faible, trahie, meurtrie
En plein cœur de cette pluie aux milles bienfaits,
Je me sens pourtant étouffée.
Je me meurs, je brûle, je me noie, je crie.

Tu m'as trouvée, comme un trésor enterré
Ne me dis pas si je suis morte,
Laisse-moi rêver, espérer...je suis vivante
Laisse-moi voler comme un oiseau sans foyer.

samedi 12 juillet 2014

Qu’est-ce qu’un homme peut désirer de plus ...



" Qu’est-ce qu’un homme peut désirer de plus lorsqu’il a le privilège de s’endormir chaque soir sous un ciel protecteur, un ciel semé de plusieurs millions d’étoiles qui se sont allumées pour illuminer ses rêves ? Le désert semble éternel à celui qui l’habite et il offre cette éternité à l’homme qui saura s’y attacher."
Mano Dayak

jeudi 10 juillet 2014

Amanai - touareg entre dunes et montagnes

A travers ce film, ressort toute la vie des campements touareg du Niger : le regard des hommes et des femmes, le thé, la taguella (pain cuit dans le sable), la mémoire des anciens, le puit, la caravane de sel, la faune et la grande fête traditionnelle que les Touareg organisent à l'occasion des mariages, naissances ou début des pâturages, avec les danses, les musiques et la course de chameaux.

mercredi 9 juillet 2014

Musique Touareg : Ahardin

ahardin

Désigne chez les Touaregs méridionaux un arc musical composé d’une branche courbée maintenue à l’aide d’une corde torsadée de cuir cru ou d’écorce d’acacia. Servant de caisse de résonance, une calebasse, renversée, est placée sur la partie incurvée de l’arc posée à terre. Pour maintenir l’ensemble, la joueuse appuie son genou sur le récipient.