dimanche 27 février 2011

Nous veillons la nuit

Ô mon âme !

Nous veillons la nuit,

Nous veillons le jour.

Nous sommes dans des pays

dont les maîtres sont maîtres.

Nous attendons qu’ils viennent à nous.

La France et l’Amérique

les ont renforcés.

Ô mon âme !

Compagnons,

Gardez le sourire

En pensant au pays

Qui est le vôtre,

Au pays où vous avez laissé

Vieillards et enfants.

Ô mon âme !

Hommes,

Gardez le sourire

En pensant à celles

Qui sont vos soeurs,

Là où sont les vieillards

Enracinés pour vous

Dans une attitude

Identique et unique.

Ô mon âme !

Les uns ont été brisés,

D’autres sont partis.

Ceux qui sont morts,

C’est au nom de quoi ?

Pour la liberté

du pays qui est le leur.

Ô mon âme !

Si vous aviez vu

combien ils étaient décidés

quand on leur a dit

qu’ils partaient au Tchad.

La nation déjà se dressait devant eux.

Le Mali s’il avait été proche

aurait été jaloux

de voir comment ils ont combattu.

Ô mon âme !

Les hommes sont morts.

Ils ne sont plus.

Certains au lac Tchad,

D’autres au Liban.

Nous veillons la nuit,

Nous veillons le jour.

Nous sommes dans des pays

dont les maîtres sont maîtres.

Keddou ag Ossad

Chant composé en 1987 au Tibesti, dans la région

d’Aouzou.

TOUAREGS. VOIX SOLITAIRES SOUS L’HORIZON CONFISQUÉ

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire