mardi 18 octobre 2011

Le Nomade

Il est enturbanné de soleil
Vêtu d’une robe de scorpions
Chaussé d’épines
Il s’appuie sur la vipère fourchue
Il a domestiqué l’essuf
La mort s’écarte de son sentier
Devant lui les montagnes de feu s’effondrent
Derrière lui le tapis de terre s’enroule
Son chemin est tracé par la soif
Comme le jet ébloui de l’étoile filante
Au-delà des abîmes
Son appui murmure sans trêve
Toi crête de l’univers !
Sois cheville
Et tête de pyramide !
Hier l’armée d’acier a brûlé sa tente
La sécheresse a balayé ses enclos
Sa femme est au puits
Drapée de chiffons gris
Grimaçante sinistre
Visage enduit de cendres
Tresses dénouées
Veuve fantôme
Ses enfants plient les genoux
Dans les marécages du venin
Creux de famine
Entraves de la misère
Couches galeuses
Couvertures de vermines
Pâturages, champs clos
Tornades de fumée
Ses chemins s’entassent dans les filets des cloutés

Mis en cellule
Boites de conserve
Le nomade entre dans la cité
Pour acheter trois mesures de blé
Ceux qui vénèrent le béton
Lui crachent au visage
Lui jettent dans le dos
Les os de ses moutons
Hurlements de la ville
Sois maudit nomade
Renard, voleur, pillard, traître
Sauvage, compagnon de l’araignée,
Frère du chameau
Il quitte le marché
Pour les étoiles
Indifférent exalté
Il n’entend que le son de ses pas
Poussière qui l’enveloppe
Violon qui harmonise
En un seul son
Le passé et le futur
Boucle inondant l’instant présent
Au-delà de ce temps
Il regarde
Et accompagne le jet des âmes
Qui débordent la vie
Pour la tente d’Inta
Et l’aridité d’Abat
Où l’existence devient mousse de lumière
Dans l’océan des mirages miroirs
Il retourne à ses plaintes en chantant
Mélodie de l’errance
Celui qui ne crache pas sur le déshonneur
Demain les contraintes crèveront les yeux
Pour qui ne s’est pas délié
Des chaînes de la servitude
Les nœuds ne se démêleront pas
Qui attachent la trousse des délices
De la graine étincelle.
Hawad. Caravane de la soif. Edisud 1985.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire