jeudi 28 mai 2015

Le nomade


Le Targui nomade.
Je suis un nomade
Né dans le désert, sous les orages et les tornades.
Sur ses immenses dunes de sable couleur neige
A la croisée du rêve et du voyage.
Sous un ciel azur, teinté d’un arc en ciel comme un
tatouage
Et de belles oasis, décor de ses beaux paysages.
Je suis un nomade et fier de l’être,
Loin d’être
Celui qui est sans aucun savoir
Et ignore les valeurs.
Ma mère, m’a appris a apaiser mes soeurs
Et a sauver la femme dès ma tendre enfance
Avant l’âge majeur.
Mon père m’a confié le désert et ses voyageurs
Et m’a appris l’hospitalité Targui
De tout offrir aux visiteurs.
C’est la leçon de mon désert, pour que les hommes
Découvrent le nomade bienfaiteur.
Je navigue sans boussole a toutes les heures
Et me guide dans ce désert comme un aviateur.
Sous le temps lourd, épais brouillard
Qui défit la force des moteurs.
Je connais telle et telle étoile et ses repères.
Capable de combattre la soif sous la chaleur.
En homme réfléchît, je chasse la peur.
Dans ce navire désert, je reste a bord
Qui pour beaucoup est refuge de la mort.
L’eau y est rare
La soif barbare,
souvent c’est de toi qu’elle s’accapare.
Il faut être nomade, pour y vivre sans boire.
Voir ses tempêtes t’engloutir et
Le sable fuir.
Mais le nomade y reste le guide
Sans connaître la peur dans ce grand vide.
Il fais face aux tourbillons et aux risques
Aux intempéries et éclipses,
Il résiste.
Sous les orages, il s’abrite au creux d’une dune
Dans l’impatience de voir tomber cette pluie fine.
Voir ses premières gouttes
Glisser sur le toit de sa tente ou sur une hutte.
C’est dans ce désert que moi le nomade TARGUI
savoure
ma liberté dans ma vie modeste, douce
Moi fils de ce désert brousse.

Fadi Alansary
Tanin, la fille des sables à Tombouctou

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire